Comment HUNG YI-TING fait son théâtre

IMG_1501

Death and the King’s Horseman de Wole Soyinka, la première pièce de théâtre expérimentale de HUNG YI TING, TNUA, 2009 | Erik

Elle aime utiliser une théorie similaire à celle de la bio-mécanique pour développer son propre système physique.

Dans l’opéra chinois, l’opéra de Pékin permet aux acteurs de se débarrasser du simple fait de « jouer » un rôle. Les acteurs utilisent un réglage externe afin d’affecter leurs émotions intérieures et de montrer l’aspect le plus réaliste de ce rôle en brisant le cadre extérieur étrange. Comme si la réalité que nous avions obtenu était de moins en moins pertinente par rapport à la « réalité satisfaisante », éloigné de ce que nous avions pu imaginer au départ.

Le théâtre qu’elle cherche à réaliser est un processus de recherche de la « vérité ».

Comme un verre dans lequel on met de l’eau froide, puis de l’eau chaude, puis de l’eau froide, jusqu’à ce que le verre explose. A son avis, l’eau chaude serait la présomption du théâtre et pourrait être considérée comme la forme créée par le metteur en scène. L’eau froide serait l’émotion exprimée par les acteurs au cours de la performance. L’eau dans le verre serait la vérité « suprême ». Ce sont les choses les plus vraies de la vie qui vont s’exprimer sur scène.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s